!css
Banque privée

Les Indiens non-résidents investissent avec un œil tourné vers leur pays d’origine

Il y a environ 30 millions d’Indiens résidant dans 140 pays, dont les avoirs cumulés représentent $1,2 billion. Ces citoyens du monde recherchent le meilleur rendement possible pour leurs investissements, mais restent très attachés à leur pays natal et à leur culture d’origine. Ce qui impacte la construction de leur portefeuille.

Société Générale Private Banking anticipe les besoins changeants de l’élite indienne non-résidente.

Balakrishnan Kunnambath est Managing Director et Global Market Manager de la ligne client indienne de Société Générale Private Banking. Il dirige une équipe de 26 banquiers installés en Asie, au Moyen Orient et en Europe, qui gèrentdes avoirs d’environ 150.000 Indiens non-résidents fortunés, pour un montant environnant les 500 milliards de dollars. Pour Balakrishnan Kunnambath, Société Générale dispose d’un avantage sur la concurrence de par sa connaissance des besoins de cette clientèle qui a su tirer profit de la mondialisation.

« Les Indiens non-résidents sont des investisseurs sophistiqués et très astucieux », dit Balakrishnan Kunnambath. « Ils suivent les marchés et veulent garder le contrôle de leurs investissements. Ce segment est pour nous un marché du fait des liens affectifs, familiaux, spirituels et économiques qu’ils entretiennent avec l’Inde. »

Un groupe prospère et influent

Les clients de Balakrishnan Kunnambath se classent parmi trois catégories : les INR traditionnels ; les personnes d’origine indienne ; et les citoyens indiens expatriés. Ils proviennent de milieux différents : professions libérales, cadres, entrepreneurs…

Ils jouissent tous d’une influence considérable en Inde. « Lorsqu’ils y séjournent ils apportent changements et nouveautés. Leur prospérité et leur sophistication influencent les styles de vie et les comportements dans le pays, » explique Balakrishnan Kunnambath. « En Inde, l’Indien non-résident est une figure sociale qui promeut la croissance et apporte une conscience sociale ancrée dans des valeurs spirituelles et traditionnelles. »

Servir les besoins d’investissements des Indiens non-résidents extrêmement fortunés requiert une connaissance approfondie des marchés mondiaux et indiens, dans la mesure où leurs portefeuilles sont généralement composés de 50 à 70% d’investissements internationaux - actions, obligations et matières premières - et de 30 à 40% d’actifs indiens - principalement obligataires, actions ou private equity. Soucieux de transmettre leurs actifs à la génération suivante, ils ont également des besoins en termes d’ingénierie patrimoniale.

De nouveaux modèles pour les marchés d’aujourd’hui

Le modèle traditionnel d’allocation d’actifs qui a profité les banquiers il y a une dizaine d’années a dû évoluer dans le contexte incertain des marchés d’aujourd’hui. Les clients sont désormais plus prudents face au risque et conservent leurs liquidités en attendant de voir si de bonnes opportunités d’investissement se présentent. Ils souhaitent accroitre les rendements ou cherchent des opportunités d’arbitrage. Ils sont également intéressés par les matières premières comme l’argent et l’or. Société Générale Private Banking travaille en coopération étroite avec la clientèle indienne non-résidente pour lui permettre de bénéficier de ces opportunités ainsi que d’investissements structurés.

Société Générale Private Banking est un leader dans les produits structurés et dispose d’une grande variété de produits spécialisés en fonction des risques que les clients sont prêts à prendre. "Enfin, nous avons une équipe dédiée de banquiers installés en Asie, au Moyen Orient et en Europe qui parlent la même langue que leurs clients Indiens et comprennent leur culture et leur mentalité, » dit Balakrishnan Kunnambath. « Nous sommes en mesure d’anticiper et de conserver notre longueur d’avance, » rajoute-t-il. « Je pense que c’est là notre plus gros avantage. »